Effet de proximité supraconducteur dans des atomes artificiels
Takis KONTOS (LPA, ENS)

Infos Complémentaires

↦ View online :
Enregistrement audiovisuel sur le site ENS - Savoirs en multimédia

Salle Conf IV, 24 rue Lhomond - 13h30

↦ View online : Enregistrement audiovisuel sur le site ENS - Savoirs en multimédia

Jeudi 17 juin

Résumé :

Un métal supraconducteur peut "exporter" ses corrélations dans
un métal normal. Ce phénomène d’effet de proximité, bien compris dans les
métaux usuels tels que le cuivre, l’argent ou l’or, peut être vu comme l’injection
des "briques élémentaires" de l’état supraconducteur, les paires de Cooper,
dans la partie normale du circuit. Grâce aux avancées récentes des techniques
de nanofabrication, cette physique a pu être revisitée lorsque la partie non-supraconductrice
est réduite à un seul ou un ensemble d’atomes artificiels,
ces derniers étant implémentés notamment dans des conducteurs moléculaires
tels que les nanotubes de carbone ou bien les molécules de C60 (connectés
à des électrodes supraconductrices). Le caractère "réglable" du transport
dans ces systèmes permet d’apporter un nouvel éclairage à des phénomènes
tels que l’effet Josephson. Cette propriété permet également d’implémenter
des géométries où la supraconductivité induite pourrait être utilisée pour
implémenter une "lame séparatrice à paires de Cooper" pour la génération
d’états électroniques intriqués à l’état solide. Ces derniers résultats ouvrent la
voie vers la réalisation d’expériences plus sophistiquées inspirées de l’optique
quantique avec des états électroniques qui permettraient, entre autres, de caractériser la cohérence des paires de Cooper séparées émises.

↦ View online :
Enregistrement audiovisuel sur le site ENS - Savoirs en multimédia

Salle Conf IV, 24 rue Lhomond - 13h30